Calendrier

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

Annonce

rss Syndication

Liens

 
03 Mar 2016 - 16:21:49

hospitalisation pour sevrage

Le sevrage proposé par le corps médical en France : des méthodes inadaptées qui favorisent la rechute 
Que ce soit en ambulatoire ou en milieu hospitalier (y compris dans les services spécialisés), les méthodes de sevrage que les médecins français proposent à leurs patients ne sont pas du tout adaptées à la réalité de la dépendance aux benzodiazépines. Les protocoles de sevrage sont beaucoup trop courts (sevrage en six à dix semaines maximum) et les médecins ont trop souvent tendance à prescrir d'autres psychotropes (antidépresseurs, neuroleptiques, ou une autre classe d'anxiolytiques) qui, loin de compenser le sevrage aux benzodiazépines, peuvent en aggraver à la fois les manifestations et la durée. En outre, le soutien moral, indispensable pendant cette phase difficile, est bien souvent inexistant, voire contre-productif, dans la mesure où il consiste en une psychologisation à outrance du syndrome de sevrage, dont l'origine est pourtant essentiellement physique. Les souffrances physiques du patient sont niées, ou minimisées, et ses souffrances mentales attribuées à un trouble psychique préexistant - qui, bien souvent, dans les cas où celui-ci est effectivement présent avant le sevrage, s'avère être une constellation d'effets secondaires du traitement aux benzodiazépines.





Témoignage d'un internaute :

en cas d'hospitalisation pour sevrage et bien on ne te demande pas ton avis . En unitée psy tu dois respecter ou plutot te soumettre a ce que décide le docteur, si il fallais que le toubib demande a chaque personne en unitée psy le désire de chacun je ne crois pas qu'il puisse y arriver. 
La première des choses c'est de savoir que si on décide d'aller en spy il faudras respecter les contraintes que cela impose mais ca c'est avant donc il faut bien réfléchir avant d'y aller et si ma foi la personne y rentre en urgence pour x raison la il faut suivre hélas et c'est comme ca ce que décident les docteurs.
 Je connais bien ce milieux c'est pour ca que j'écris et met en garde


HP DANGER : "c’était pire que la prison"
Selon un rapport officiel, plus de 40 % des personnes internées en psychiatrie n'ont rien à y faire !



temoignage 
Une amie , infirmière en psychiatrie , et qui a démissioné depuis , m'a dit qu'elle avait vu arriver des patients , en dépression , à qui on a donné ces coktails empoisonnés , et qui ne sont jamais sortis de leur dépression , ou partis  de l'hopital les pieds devant , soit par interaction médicamenteuse , soit se sont suicidés . elle a reçu plusieurs fois l'ordre d'attacher ces pauvres gens aux radiateurs , ou tripler leur dose le soir pour avoir la paix la nuit . Vu des jeunes arriver avec un léger problème psy , à qui on a donné ces neuros et autres saloperies , et qui , au bout de quelques jours , commençaient à avoir des spasmes musculaires , des myoclonies et j'en passe ...

Lien permanent vers l'article complet

http://benzodiazepine.sosblog.fr/victimes-des-benzos-b1/hospitalisation-pour-sevrage-b1-p35.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)